Surprise de Noël

Notre délicate Boîte à Bijoux se glisse dans vos commandes de Noël jusqu'au 04/12, n'attendez plus ;)

Psst : n'oubliez pas de commander avant le 07/12 8h votre bijou sur mesure pour être livré à temps pour Noël. Nos bijoux en stock sont quant à eux disponibles immédiatement !

Bonne nouvelle, nos boutiques réouvrent ce samedi, prenez rendez-vous dès à présent.

Choisir sa bague de fiançailles

La demande en mariage est l’un des moments les plus importants de votre vie. En particulier, choisir une bague de fiançailles est sans conteste l’une des démarches les plus difficiles qui soit. « Va-t-elle l’apprécier ? Est-ce la bonne forme ? Y ai-je consacré suffisamment de budget ? Le bijou est-il de bonne qualité ? Comment être certain de ne pas me tromper ? »

Autant de questions que beaucoup d’hommes se sont posées… et qui méritent des réponses. Il nous est donc apparu indispensable de vous apporter une méthode pour vous lancer dans l’aventure sans vous sentir trop perdus.

D’où nous vient cette assurance ? D’une part, nous avons mené des études et des sondages auprès de la population française ; d’autre part, nous avons étudié de près des milliers de clients satisfaits… et surtout de leurs fiancées, émerveillées par le bijou choisi.

 Depuis 9 ans, j’ai accompagné des centaines et des centaines de clients dans leur choix d’une bague de fiançailles. Analyser le style de Madame, rationaliser le choix grâce à quelques principes tangibles, respecter le budget… autant d’éléments qui m’ont permis de développer une méthode pour vous aider à trouver le bijou qui va l’émerveiller. 

Pauline Laigneau, Fondatrice

Quelques notions de base

Avant de nous lancer dans le vif de sujet, repartons de quelques définitions indispensables :

——   Qu'est-ce qu'une bague de fiançailles ?

La bague de fiançailles est un bijou que l’on offre en symbole d’engagement. De nos jours, cette pièce est souvent un solitaire (c’est-à-dire une bague ornée d’une pierre de centre). Celui-ci peut être travaillé de différentes manières : avec un pavage de diamants autour de la pierre de centre, sur l’anneau, ou les deux, d’ailleurs. Mais au-delà de ce choix classique, la bague de fiançailles peut également présenter un design plus original et créatif, loin du solitaire traditionnel. Au final, le symbole reste toujours le même : un bijou offert par amour.

Si le rituel des bagues de fiançailles a évolué dans le temps, la tradition d’offrir un bijou par amour existe depuis des temps immémoriaux et s’est perpétué dans de nombreux pays, milieux sociaux ou religions : que ce soit en Rome Antique où l’on offrait à sa future promise un anneau d’or ciselé, au Moyen-Age avec les premiers bijoux ornés de gemmes ou encore au XXe siècle avec l’avènement du diamant de centre.

On distingue la bague de fiançailles de l’alliance, qui prend généralement la forme d’un anneau rond, en métal précieux, parfois pavé de pierres précieuses. La forme pure et circulaire de l’alliance symbolise l’union éternelle entre deux personnes qui s’aiment. On l’offre traditionnellement le jour du mariage.

——   Est-ce qu’on la porte toujours au même doigt que l’alliance ? En-dessous ou au-dessus ?

Traditionnellement, l’alliance et la bague de fiançailles se portent toutes deux à l’annulaire gauche. La légende dit que ces bijoux symboles d’amour se portent à ce doigt car celui-ci serait directement relié au cœur par une veine.

On lit beaucoup de choses au sujet de l’ordre à respecter entre les deux bagues : la bague de fiançailles en premier, parce qu’elle serait chronologiquement prioritaire, ou l’alliance d’abord, pour la garder plus proche du cœur… Nos enquêtes et nos expériences montrent tout simplement qu’il n’y a pas de règle, et qu’en fonction des designs, du confort et des envies, vous pouvez décider de placer l’alliance devant ou derrière la bague de fiançailles sur l’annulaire, sans avoir peur de commettre un impair !

Si les deux bijoux choisis ne permettent pas d’être portés au même doigt (par exemple si la bague de fiançailles comporte une pierre de centre imposante), l’usage veut que l’alliance reste sur la main gauche et que la bague de fiançailles bascule en revanche sur l’annulaire droit.

Si votre fiancée est très sensible au fait de porter ses deux bijoux au même doigt, il faudra veiller à choisir une bague de fiançailles qui le permette : en général, il vaut mieux choisir un anneau droit et une pierre de centre qui ne soit pas trop volumineuse, ou alors suffisamment surélevée dans son panier pour passer au-dessus de l’alliance. En cas de doute, passez-nous simplement un coup de téléphone au 01 42 46 90 89 ou prenez rendez-vous dans l’une de nos boutiques pour être guidé pas-à-pas sur ce type de contraintes.

——   Qu’est-ce que de l’or 18 cts ou 750 millièmes ?

L’or 750 millièmes (750 ‰) et 18 carats (18 cts) sont les deux terminologies acceptées pour désigner la même chose : le métal précieux de prédilection utilisé en joaillerie.

En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, on n’utilise pas de l’or pur (appelé aussi 24 carats) en joaillerie car celui-ci serait trop mou pour être travaillé convenablement.

Ainsi, l’or 750 millièmes - ou 18 cts - désigne un mélange de 75% d’or fin (d’or pur donc) et de 25% d’autres métaux comme l’argent et le cuivre qui vont durcir l’alliage. C’est cette proportion (ce qu’on appelle le « titre » en langage technique) qui donne son nom à l’or 750 millièmes.

Il existe également d’autres matériaux utilisés en joaillerie : l’or 14 carats et l’or 9 carats. Ceux-ci comportent une proportion inférieure d’or pur dans l’alliage : 37% dans le cas de l’or 9 carats et 58,5% dans le cas de l’or 14 carats. Moins onéreux, leur tenue est toutefois moins bonne dans le temps. C’est ce qui explique que l’or 18 cts constitue l’équilibre parfait entre tenue et dureté et en fait le métal de référence en joaillerie depuis des décennies.

——    Qu’est-ce qu’un « carat » ? Le carat d’une pierre est-il le même que le carat de l’or ?

Le système des carats ou karats (les deux orthographes sont possibles) a été inventé au 14ème siècle pour simplifier l'usage de l'or dans le commerce. Il s’agit tout simplement d’une unité de mesure de la pureté de métaux précieux tels que l'or.

Pour les pierres, on utilise aussi le terme de carat… il faut pourtant bien distinguer les deux notions. En effet, « carat » est utilisé comme une unité de masse pour les pierres précieuses. Pour un diamant, on dira par exemple qu’il « pèse » ou « fait » 1 carat : c’est tout simplement son poids. Un carat vaut exactement 0,2 gramme de nos jours – cela correspondait jadis au poids d’une graine de caroubier, qui avait la réputation de présenter un poids peu variable d’une graine à l’autre… d’où le terme de « carat » !

En bref, attention : le carat de l’or, n’est pas la même chose que le carat des pierres !

——    Le serti ? Qu’est-ce donc ?

Le sertissage est l’étape la plus délicate de la fabrication d’un bijou : il s’agit du moment où l’artisan va sceller la pierre dans la monture de métal précieux. Pour cela, il passe par de nombreuses techniques différentes : le serti clos (la pierre est encerclée par un bord de métal), le serti griffes (des petites tiges de métal - les griffes - viennent maintenir la pierre) ou encore le serti grain (de minuscules boules de métal s’intercalent entre les pierres pour les maintenir).

Cette étape est d’assez loin la plus technique de la fabrication: réalisée à la main et à la loupe ou au microscope, elle nécessite une très grande habileté et des années d’expérience. Et malgré tout le soin qu’on y apporte, il est courant qu’une pierre se brise au moment du sertissage parce qu’une fragilité de la pierre a cédé sous la pression. C’est un risque du métier que le joaillier prend à sa charge.

Quelques notions de vocabulaire pour les amateurs, d’ailleurs : on désigne l’artisan spécialisé dans l’art de sertir une pierre par le mot « sertisseur ». On parle de « sertissure » ou de « serti » pour parler de la partie du bijou qui maintient la pierre. Enfin, le terme « sertissage » est l’action de sertir une pierre dans une monture.

Envie d'en savoir encore plus ?

 Si vous voulez véritablement tout apprendre sur les détails techniques de votre future bague de fiançailles, puisez à la source ! Adressez-vous à des spécialistes. Notre équipe est formée pour pouvoir répondre à vos questions, même les plus pointues. Alors n’hésitez plus, demandez-nous ! Nous sommes disponibles via chat, email, WhatsApp, téléphone ou en boutique à Paris, Lyon et Toulouse. 

Notre méthode en 8 étapes

Pour être certain de ne pas se tromper !

——    1. Le choix du style

a. Analysez le style de votre future femme : sage ? pointu ? nature ? mode ?

Vous ne vous êtes sans doute jamais posé la question du « style » de votre future femme… pourtant ce point sera très utile pour déterminer le type de bague de fiançailles qui lui correspondra le mieux ! Pour déterminer le style de votre fiancée, nous vous recommandons de répondre aux questions suivantes :

  • Quelles couleurs de vêtement aime-t-elle porter ? Aime-t-elle les couleurs sobres (bleu marine, noir, blanc) ou plus marquées (rouge, orange, jaune, vert) ?
  • De façon générale, aime-t-elle plutôt se faire remarquer ou au contraire brille-t-elle par une élégance discrète ?
  • A-t-elle toujours à cœur de découvrir le nouveau designer à la mode ? Ou préfère-t-elle à l’inverse les vêtements intemporels ?
  • A-t-elle l’habitude de porter des bijoux précieux ? Et si oui, comment sont-ils ? Brillants ? Discrets ? Epurés ? Colorés ? Massifs ? Fins ?

Ces questions vous donneront un faisceau d’indices pour déterminer le style de votre future bague de fiançailles. Bien sûr, aucune femme ne correspond à un stéréotype et nos descriptions ne correspondront pas en tous points à votre fiancée. Essayez simplement de déterminer laquelle lui correspond le mieux… et cela vous aidera à déterminer le type de bague qui lui plaira le plus.

b. Choisissez le bijou qui correspond à son style

Le Solitaire

  • Elle porte plutôt des couleurs unies et sobres, et de façon générale, n’apprécie pas que ses vêtements soient voyants.
  • Elle fuit tout ce qui est bling bling ou « m’as-tu vu » et se reconnaît dans un style discret.
  • Que ce soit pour des vêtements ou accessoires, elle apprécie d’avoir des objets qui peuvent se porter en toutes circonstances et a toujours peur de se lasser de quelque chose qui serait un effet de mode.
  • Elle ne porte pas de bijoux précieux, ou si elle en porte, ils sont plutôt fins et discrets.

Le Solitaire pavé

  • Elle porte plutôt des couleurs unies, attache de l’importance à avoir un style soigné et fuit les fautes de goût.
  • Pour elle, l’élégance est une attitude : elle fait attention à son style, mais évite les logos qui peuvent être perçus comme bling bling ou m’as-tu vu.
  • Elle apprécie une pointe de sophistication pour rehausser une tenue (un joli sac, une écharpe en cachemire, du rouge à lèvres, de jolies sandales tressées etc.).
  • Elle porte des bijoux discrets : des puces d’oreille, un pendentif en diamant, des bracelets fins.

Le Solitaire entouré

  • Elle n’a pas de couleur de prédilection et sera tout aussi à l’aise avec des couleurs sobres qu’une touche de couleur plus marquante.
  • Elle adore porter de nouveaux accessoires : une montre, le dernier sac à la mode, des lunettes de soleil de créateur.
  • Elle n’est pas bling bling mais n’a pas non plus peur de se faire remarquer : que ce soit via les nombreux bijoux qu’elle a l’habitude de porter, un maquillage marqué ou, le temps d’une soirée, une robe particulièrement habillée.

Le Solitaire épaulé

  • Que ce soit pour des vêtements ou accessoires, elle apprécie un style vintage, et des objets chinés qu’elle ne trouvera pas chez ses amies.
  • Elle porte plutôt des couleurs unies et sobres mais n’hésite pas de temps à autre à réhausser l’ensemble avec une couleur plus forte.
  • Ses amis ou sa famille l’estiment pour son bon goût, toujours juste, et les trouvailles qu’elle aura dénichées chez des créateurs ou des antiquaires.

La Bague créative

  • Que ce soit pour des vêtements ou accessoires, elle n’a pas peur de sortir des sentiers battus.
  • Sans nécessairement avoir un style ostentatoire, elle trouve un malin plaisir à se différencier que ce soit par une paire de chaussures audacieuses, un châle coloré ou pourquoi pas un rouge vif aux lèvres.
  • Elle aime le beau, et n’a pas peur de porter des objets précieux.

c. En cas de doute…

N’oubliez jamais qu’il vaut mieux privilégier la sobriété et le bon goût à l’originalité. Notre conseil : si vous êtes perdus, optez pour un solitaire simple ou un solitaire pavé.

——    2. Le cadrage du budget

On le sait, la bague de fiançailles est un objet de valeur - un objet précieux - dont l’acquisition nécessite un certain budget. Malgré tout, se focaliser exclusivement sur le budget n’est pas une bonne idée : mieux vaut privilégier une bague réellement personnelle, qui correspondra à votre future femme, plutôt qu’un bijou très cher qui ne lui ressemble pas. A l’inverse, opter pour un bijou de mauvaise qualité, qui ne reflétera pas l’intensité de vos sentiments représente un risque inutile : celui de ne pas paraître attentionné.

Pour vous guider, voici quelques grands principes de budget. Vous ne nous en voudrez pas d’être un peu plus terre à terre que d’habitude, ce sont des questions qu’on nous pose souvent !

Aux Etats-Unis, la convention veut que l’on choisisse une bague (souvent un solitaire diamant simple) pour un budget représentant 3 mois de salaire. Nos amis américains sont précis et pragmatiques comme vous voyez.

En Europe, les choses sont heureusement beaucoup plus libres et chacun décide de la somme à mettre dans ce bijou de valeur. On dit toutefois qu’entre 1 et 2 mois de salaire est une bonne fourchette de prix, celle qui vous permettra de viser juste, sans pour autant mettre en péril vos finances personnelles.

Une idée à garder en tête : dites-vous que votre future épouse portera sa bague de fiançailles durant de nombreuses années. Il ne faut pas qu’avec l’âge elle se lasse d’un bijou qui ne serait plus à la hauteur de ses exigences. Si vous hésitez, essayez de vous projeter et d’imaginer si elle portera encore ce bijou dans 10 ans.

Enfin, un dernier conseil : si vous hésitez entre deux bijoux à différents budgets, mieux vaut étonner votre fiancée à la hausse avec un bijou légèrement « trop », plutôt que de prendre le risque de paraître mesquin. Mettez-vous à sa place : si votre bague ne lui convient pas, il sera plus facile pour elle de vous avouer qu’elle n’osera pas porter son bijou et demander ainsi un retour ou échange, plutôt que de vous dire qu’elle trouve votre bague « cheap »…

——    3. Le choix du métal

a. Quelle couleur choisir ?

La première question à se poser concernant le métal est celle de la couleur : blanc, jaune ou rose ? Nous vous conseillons deux astuces pour vous guider : pensez tout d’abord à regarder les bijoux que porte habituellement votre compagne. Aussi sachez qu’aujourd’hui, le métal le plus plébiscité par nos clients est de loin l’or blanc (à 50%), suivi de l’or rose (25%), du platine (15%) et enfin de l’or jaune (10%).

b. Or blanc dans 50% des cas

L’or blanc est incontestablement le métal le plus courant pour une bague de fiançailles. Sa couleur neutre est facile à porter et se mariera à merveille avec toutes les couleurs de pierres. L’or 18 cts qu’il soit blanc ou d’une autre couleur, est le matériau le plus dur que l’on utilise en joaillerie et donc le plus résistant au temps. Les statistiques parlent d’elles-mêmes, 50% de nos clients choisissent une bague de fiançailles en or blanc et en sont pleinement satisfaits.

Notre conseil : si vous hésitez entre toutes les options, ne prenez pas de risque et choisissez l’or blanc.

En savoir plus sur les caractéristiques de l’or blanc

c. Or rose dans 25% des cas

L’or rose est le second métal le plus apprécié par nos clients, il est particulièrement à la mode depuis quelques années. Sa tonalité lumineuse en fait un métal qui met particulièrement en valeur les femmes à la carnation claire (cheveux châtains clairs, blonds ou roux, yeux verts ou bleus). Il a par ailleurs l’avantage d’être solide et de ne jamais perdre sa belle couleur rosée, parfaitement stable dans le temps.

Notre conseil : si vous voyez que votre future épouse a l’habitude de porter cette couleur de métal, alors choisissez l’or rose !

En savoir plus sur les caractéristiques de l’or rose

d. Platine dans 15% des cas

Le platine ressemble à s’y méprendre à l’or blanc. Il sera tout aussi facile à porter au quotidien. En revanche, le platine, ne réagit pas de la même façon au passage du temps. Le platine garde sa merveilleuse couleur blanche indéfiniment, alors que l’or blanc a tendance à se patiner et légèrement jaunir dans la durée.

Le platine est toutefois plus onéreux que l’or blanc à l’achat, ce qui explique sans doute pourquoi il est sélectionné moins souvent que l’or pour une bague de fiançailles.

Notre conseil : si vous voulez offrir ce qu’il y a « de mieux » à votre future femme, alors n’hésitez plus, le platine est fait pour vous.

En savoir plus sur les caractéristiques du platine

e. Or jaune dans 10% des cas

L’or jaune est le métal historique de la joaillerie. Sa couleur solaire en fait un matériau reconnaissable entre mille. A l’heure actuelle, l’or jaune est toujours apprécié, même s’il a laissé la place à l’or blanc dans le cœur d’une majorité de femmes. L’or jaune met particulièrement valeur les femmes à la peau mate, noire ou bronzée.

Notre conseil : si vous voyez que votre future épouse a l’habitude de porter de l’or jaune, ou qu’elle est plutôt d’une carnation mate ou bronzée, alors choisissez l’or jaune.

En savoir plus sur les caractéristiques de l’or jaune

f. Evitez l’argent

Si l’argent est un matériau apprécié pour sa couleur blanche et son prix beaucoup plus abordable, il faut savoir qu’il résiste beaucoup moins bien à l’usure du temps que l’or ou le platine. Même si votre compagne a l’habitude de porter de l’argent pour ses bijoux actuels, ou qu’elle vous dit en apprécier la couleur, il peut être assez dangereux de choisir ce métal pour une bague de fiançailles.

Le bijou pourrait se tordre, se rayer voire même perdre une pierre, car l’argent est un matériau beaucoup plus malléable que l’or. S’il n’est pas entretenu régulièrement et tenu à l’écart de l’humidité, l’argent a tendance à noircir.

Notre conseil donc, pour votre bague de fiançailles, évitez l’argent !

En savoir plus sur les caractéristiques de l’argent

g. Quelle qualité d’or choisir ?

Au-delà de la couleur, certains d’entre vous pourraient se demander quelle pureté d’or choisir. Ici, le choix est assez simple : si vous souhaitez un bijou de qualité qui résiste au temps, alors, il faudra choisir de l’or 18 cts ou 750 millièmes (les deux termes peuvent être utilisés indifféremment), la plus haute qualité d’or utilisée en joaillerie.

Le type d’or utilisé est identifiable par le poinçon d’Etat que vous retrouverez sur l’anneau de votre bague. En l’occurrence, dans le cas de l’or 18 cts, le poinçon prend la forme d’une minuscule tête d’aigle.

De façon générale, nous vous déconseillons l’or 14 cts ou 9 cts qui résiste moins bien au temps. Le platine est une autre excellente option qui conservera sa couleur blanche dans le temps. Là aussi, le poinçon de maître certifie la pureté du métal. Dans le cas du platine, il s’agit d’une petite tête de chien.

——    4. Le choix des pierres

a. Quelle couleur de pierre choisir ?

La pierre est un autre élément fondamental de votre choix. Au-delà de la dureté d’une pierre, il faudra se poser la question de sa couleur. Voici les statistiques que nous observons chez Gemmyo depuis des années : le diamant est de très loin la pierre la plus appréciée pour une bague de fiançailles (à 45%), suivie du saphir bleu (20%) de l’aigue-marine (15%) et enfin de l’émeraude (5%), de la tanzanite (5%) ou du rubis (5%).

Pourquoi ce règne incontesté du diamant ? D’abord car il s’agit de la pierre la plus brillante. On a beau dire, l’éclat d’un diamant taillé n’a pas son pareil. Deuxièmement, un diamant blanc a l’immense avantage de pouvoir se porter avec tous les tenues et ainsi d’être très facile à porter au quotidien. Enfin, le diamant est la pierre la plus dure, la plus recherchée, la plus mythique… demandez autour de vous, et vous verrez que c’est statistiquement la pierre précieuse préférée des femmes.

Saphir et aigue-marine sont les autres pierres qui sont très appréciées pour une bague de fiançailles. Si votre future épouse vous a laissé des indices laissant penser qu’elle préférera l’une de ces pierres, profitez-en pour lui montrer que vous êtes attentifs à ses moindres désirs et optez pour la pierre vers laquelle elle vous aura orienté.

Notre conseil : si vous hésitez, sachez que la très grande majorité des femmes s’attendent à recevoir une bague de fiançailles en diamant. Ainsi, à moins que celle-ci ne vous ait laissé un message clair pour une autre pierre précieuse, nous vous conseillons de ne pas prendre de risque et de choisir un diamant en pierre de centre.

b. Quelle qualité de diamant ?

Vous avez opté pour le diamant ? Reste à déterminer la qualité de la pierre qui ornera votre bague de fiançailles… Il s’agit des « 4 C » : la méthode élaborée par le Gemological Institute of America (GIA) en 1931 : Carat, Color, Cut & Clarity (en français : carat, couleur, taille & pureté).

Pour en savoir plus sur les caractéristiques du diamant

Le monde du diamant est complexe et l’on pourrait s’y perdre en explications techniques. Si l’on simplifie, toutefois, il faut considérer deux éléments :

  • D’une part, il est crucial d’opter pour un diamant de qualité supérieure (qualité HSI et au-dessus). Cela vous garantira un diamant brillant, lumineux, et suffisamment pur pour valoriser le bijou que vous aurez choisi. La méthode des 4 C permet justement d’évaluer la qualité de la pierre avec quelques critères scientifiques et objectifs.
  • D’autre part, il faut savoir que le diamant est une pierre très demandée dont le prix varie considérablement en fonction de la taille, de la couleur et de la pureté.

Ainsi, choisir un diamant est un délicat équilibre entre budget, taille et qualité. Un équilibre qui nécessite bien souvent de faire des choix… Demandez-vous ce qui compte le plus pour vous : avoir le diamant le plus pur possible (quitte à avoir une pierre plus petite) ou au contraire un diamant plus gros.

Pour vous décider voici 3 options possibles :

  • La qualité HSI qui est tout simplement le meilleur rapport qualité-prix. En dessous de cette qualité, la pierre est nettement moins lumineuse et blanche. Au-dessus, les prix deviennent significativement supérieurs sans impact majeur à l’œil nu. Si vous souhaitez privilégier le meilleur rapport qualité prix, alors optez pour la qualité HSI.
  • La qualité GVS apportera une blancheur et une pureté supplémentaire à votre pierre, même si celle-ci n’est pas vraiment visible par un néophyte en joaillerie. Si vous souhaitez être sûr de ne pas faire de faute de goût, alors optez pour GVS.
  • Enfin, la qualité DIF est la meilleure qualité possible pour un diamant. Concrètement, une pierre DIF est parfaitement blanche, et parfaitement pure. Là aussi, il faut être honnête, cette excellence n’est que peu discernable à l’œil nu. Toutefois, si vous souhaitez choisir « ce qui se fait de mieux », et que votre budget vous le permet, vous pouvez opter pour la qualité DIF.

Quoi qu’il arrive sachez qu’un diamant de centre de plus de 0,3 ct doit systématiquement être accompagné de son certificat de laboratoire. Il s’agit en quelque sorte de la carte d’identité d’une pierre. Ce certificat, édité par deux organismes indépendants, le GIA (Gemological Insitute of America) ou le HRD Anversois (Hoge Raad voor Diamant), est la preuve de la qualité de votre diamant. Il est indispensable pour s’assurer de la qualité du diamant, et doit être conservé précieusement.

c. Une pierre de couleur ?

Les pierres de couleur sont rarement accompagnées de certificats de laboratoires indépendants (à l’exception de quelques pierres absolument exceptionnelles de collectionneur). Toutefois les critères de qualité sont proches de ceux du diamant : l’intensité de la couleur, la pureté (transparence de la pierre), ou encore sa taille.

Comment reconnaître une pierre de qualité ?

  • D’abord par l’intensité de sa couleur. Celle-ci doit être vibrante, assez intense. Si par exemple votre aigue-marine est trop translucide, il se peut que sa qualité ne soit pas au rendez-vous.
  • Deuxième critère, la pureté : à part dans le cas de l’émeraude qui cultive son jardin, ou des rubis qui sont quasiment toujours inclus, les pierres de couleur de qualité sont pures à l’œil nu. Si vous décelez de larges impuretés au milieu de la pierre, il est fort probable que la qualité ne soit pas suffisante.
  • Enfin, concernant la coupe ou la taille de la pierre : celle-ci doit simplement être harmonieuse et homogène. Un rond doit être bien rond, un ovale bien ovale et un carré… bien carré !

En savoir plus sur nos pierres précieuses

d. Quelle forme choisir ?

  • La forme ronde est de loin la plus répandue pour une bague de fiançailles. Appelée « taille brillant », c’est celle qui – comme son nom l’indique - apportera le plus d’éclat à votre pierre.
  • La forme ovale est aussi très appréciée. Elle a l’avantage de paraître plus volumineuse qu’elle n’est réellement (car elle est large mais peu profonde) et de fonctionner tout autant avec des pierres de couleur qu’avec des diamants. Elle apporte une touche vintage aux solitaires.
  • La forme coussin (un carré bords arrondis) apporte modernité et douceur aux bijoux qu’elle orne. C’est une forme assez difficile à tailler et à trouver, en particulier pour les pierres de couleur rares. Avis aux amateurs de rareté donc !
  • La forme poire (ou goutte) plaira à celles qui veulent un bijou résolument féminin et avec une pointe d’originalité.
  • La taille princesse (carrée) séduira pour son aspect graphique et très régulier.

Notre conseil : en cas de doute, ou d’incertitude, ne prenez pas de risque et optez pour la forme ronde, qui est statistiquement la plus appréciée pour une bague de fiançailles !

——    5. La qualité de votre bijou

Vous avez choisi le style, le métal et la pierre de votre bague, vous y êtes presque ! A ce stade, il ne reste plus qu'à s’assurer que votre bijou a la qualité requise pour pouvoir être porté durant de nombreuses années. Avant de nous lancer dans ce sujet et de vous donner nos astuces pour déterminer avec certitude la qualité de votre bague, remettons quelques principes à plat :

  • D’abord, si un bijou est un objet qui doit durer toute la vie, il n’en est pas moins un objet précieux, qui nécessite de l’entretien. De la même manière que des chaussures en cuir pleine fleur aniline (la meilleure qualité possible, pour les connaisseurs) nécessitent d’être choyées pour ne pas s’abîmer, une bague en métal et pierre précieuse, mérite toute votre précaution pour garder son éclat comme au premier jour. N’hésitez pas d’ailleurs à consulter nos conseils pour entretenir vos bijoux.
  • Ensuite, par manque de précision, on a souvent coutume d’entendre des vérités… qui n’en sont pas ! Battons en brèche quelques fausses idées reçues :
    • « Le diamant est incassable ». C’est faux. Le diamant est la pierre la plus dure qui soit, elle a ainsi la caractéristique d’être inrayable (par autre chose qu’un diamant). En revanche un diamant peut tout à fait casser. Si la pierre reçoit un choc mal placé ou intense, elle peut se fendre. Attention donc à ne pas maltraiter votre diamant !
    • « L’or est éternel ». Oui et non. L’or 18 cts est le matériau le plus dur que l’on utilise en joaillerie, certes, mais cela reste un métal précieux qui subit les aléas de la vie. Il se raye et se patine, notamment au contact d’autres métaux. Attention donc à éviter au maximum les frottements entre votre bijou en or et tout autre métal.
    • « Le platine est le plus dur de tous les métaux ». Et non ! Le platine est un métal particulièrement beau et précieux, mais il a l’inconvénient d’être un peu plus malléable que l’or 18 cts. Certes, il ne s’oxyde pas, est très pur (à 95%, contre 75% pour l’or 18 cts), ne change jamais de couleur, est réputé hypoallergénique, mais il peut tout à fait se déformer s’il subit une pression, ou se rayer ! Pour en savoir plus sur le platine, suivez notre guide.

Maintenant que vous éviterez ces pièges, passons aux choses sérieuses et parlons de la qualité de votre bijou !

a. Choisir la fabrication française

L’une des bases pour s’assurer de la qualité de finition de son bijou est de comprendre comment il a été fabriqué. Ici, notre but n’est pas d’être réducteur, ni dévalorisant pour nos confrères, mais il faut aussi voir les choses avec réalisme : bien sûr certaines fabrications chinoises, thaïlandaises ou indiennes sont d’excellente facture ; ce n’est en revanche pas toujours le cas. Choisir un bijou fabriqué ailleurs qu’en France ne dit donc rien de sa qualité.

Un label « Made in France » est aujourd’hui à l’inverse un vrai gage de qualité. En effet, à l’heure actuelle, peu de marques - même parmi les grandes maisons - choisissent le Made in France en raison du coût que cela représente. Ainsi, le nombre d’ateliers français de joaillerie s’est réduit comme peau de chagrin durant les 20 dernières années : seuls les plus soigneux et experts ont survécu aux délocalisations en Asie. De facto en matière de joaillerie, choisir le Made in France est une vraie garantie pour s’assurer d’avoir une finition de qualité.

b. S’assurer que son bijou est vraiment Made in France

Il existe un moyen simple de savoir si votre bijou est bien réalisé en France : le poinçon en forme de losange apposé sur votre pièce.

En effet, tout bijou en métal précieux de plus de 3g réalisé en France a l’obligation d’être poinçonné afin de garantir le titre de son métal (c’est-à-dire prouver au consommateur qu’il n’y a pas fraude et que le bijou que vous achetez est bien en or 18 cts, en platine, etc). Ce poinçon d’Etat prend la forme d’un tout petit losange dans lequel est gravé un fin dessin : une tête d’aigle dans le cas de l’or 18 cts et une tête de chien dans le cas du platine.

Ce poinçon est en général apposé à l’arrière du bijou afin de ne pas déformer la pièce au moment où le poinçon est apposé au marteau. Vous verrez aussi sur votre bijou un autre petit losange : cette fois, il s’agit du poinçon de Maître. Celui-ci atteste que tel ou tel atelier a bien fabriqué votre bijou. Il est unique pour chaque atelier. Un atelier français sera toujours caractérisé par un poinçon en forme de losange.

En bref, si votre bijou comporte une ou deux petites marques à l’arrière, vérifiez bien leur forme : un losange signifie qu’il est made in France. Une forme ovale, ou carrée, signifie qu’il s’agit d’un bijou importé !

c. Vérifier les finitions de votre bijou

Déterminer la qualité d’une pièce nécessite du bon sens et un peu de méthode :

  • Commencez par observer le poli de votre bijou, la partie lisse de la pièce. Pour la plupart des bijoux, l’effet recherché est un effet de miroir (sauf bien sûr pour une finition dite « sablée » ou « brossée » où le métal est comme strié de fines rayures). Dans le cas d’un poli miroir donc, il faut que le bijou soit parfaitement lisse sans rayures. Cela atteste du fait que le bijou n’a jamais été porté et surtout qu’il est passé par la main experte d’un artisan polisseur d’expérience.
  • Le deuxième point à prendre en compte est le serti. Un serti de qualité est fin, assez homogène et régulier. Il doit à la fois être solide, mais aussi laisser la part belle aux pierres. C’est probablement le point le plus différenciant pour déterminer la qualité de la finition de votre bijou. Attention toutefois pour le critère d’homogénéité des griffes dans le cas d’un serti de pierres de couleur. Autant le diamant est très dur et a donc une tranche fine (on parle du « rondiste » du diamant), qui permet d’avoir des griffes courtes, régulièrement recourbées sur la pierre, autant les pierres de couleur peuvent avoir une tranche épaisse et plus irrégulière (on parle du « feuilletis » de la pierre) qui imposent au sertisseur d’adapter chaque griffe différemment pour tenir la pierre.
  • Enfin, un mot de mise en garde malgré tout : n’oublions pas que la joaillerie est un métier artisanal, il est donc normal que toutes les griffes de votre bague ou pendentif ne soient pas parfaitement identiques. C’est ce qui fait l’unicité de votre bijou et en met en rien en cause sa qualité, bien au contraire !

d. S’assurer de disposer d’un certificat GIA ou HRD pour un diamant de centre de plus de 0,3 ct

Pour tout diamant de plus de 0,3 ct, il vous faudra impérativement un certificat GIA ou HRD. Omettre un certificat pour une pierre de plus de 0,3 ct est un vrai risque, et aucun joaillier sérieux ne propose des diamants de cette taille sans certification d’un laboratoire indépendant. Soyez donc vigilants !

A l’inverse, inutile de prendre peur si votre joaillier ne vous propose pas de certificat pour les diamants de pavage ou, de façon générale pour les diamants de moins de 0,3 ct. La pierre est tout simplement trop petite pour être analysée avec précision sans que cela n’induise un coût disproportionné. Cela ne signifie pas que vos diamants de pavages sont faux ! Si votre joaillier propose le certificat pour des pierres de plus de 0,3 ct, il y a fort à parier qu’il ait plus à perdre à vous vendre de la camelote, qu’avec le peu économisé en vous flouant !

Le certificat d’un diamant est une véritable carte d’identité de la pierre. Sur ce certificat vous pourrez retrouver les fameux 4C qui vous donnent les divers éléments constituant sa qualité : sa couleur (color), sa clarté (clarity), sa taille (cut) et son poids (carat). A l’heure actuelle, les deux organismes qui font référence dans le monde concernant la certification d’un diamant sont le Gemological Institut of America (GIA) et le HRD (Hoge Raad voor Diamant).

e. Consulter les avis sur la marque et jouer la statistique

On le sait, les avis trouvés sur le net sont rarement unanimes. Il y a toujours quelques cas de clients mécontents.

« Trois pierres de pavage ont disparu sans raison ! » « La griffe qui retenait la pierre s’est tordue toute seule. » « L’anneau est devenu tout ovale, ça ne peut pas être de l’or ! »

Ce sont des phrases que l’on retrouve fréquemment sur les comptes d’avis de marque de joaillerie.

Il est statistiquement normal qu’un joaillier qui vend des dizaines de milliers de bijoux par an vive quelques aventures inattendues. Cela peut provenir d’une erreur de la part du joaillier (d’ailleurs, il est toujours intéressant de voir si les réponses de la marque face aux remarques des clients paraissent sincères et bienveillantes) mais cela peut aussi être dû au défaut de manipulation d’un client. Ces clients déçus ne sont jamais mal intentionnés, ils ont simplement fait une mauvaise manipulation, sans le vouloir.

Ils sont malheureusement souvent surreprésentés sur des sites d’avis. Mettez-vous à leur place : combien de fois avez-vous laissé un avis positif à un commerçant qui avait bien fait son travail ? A l’inverse l’avez-vous déjà fait dans le cas d’une expérience malheureuse ?

Ainsi, on peut aisément imaginer qu’un site d’avis comporte un biais significatif pour les avis négatifs. Notre recommandation (biaisée elle-aussi !) : si la marque que vous envisagez de choisir comporte 90% d’avis positifs, vous pouvez lui faire entièrement confiance. Les quelques clients mécontents sont réels mais ne correspondent qu’à un bruit statistique et, parfois, un soupçon de mauvaise foi… avec un minimum d’entretien, vous ne serez jamais concerné !

——    6. Deux questions plus difficiles, pour aller au bout de l’exercice

a. L’épineuse question de la taille de doigt

Vous êtes maintenant décidé sur le bijou qui correspondra le mieux à votre moitié et vous vous êtes assuré du sérieux de votre joaillier. Vous y êtes presque, courage ! Il ne reste plus qu’à déterminer la taille de doigt de votre future femme.

La méthode simple : lui emprunter discrètement une bague à sa taille

Si vous avez la chance d’avoir une fiancée qui porte un bijou à l’annulaire gauche (et oui, les tailles de doigt ne sont pas les mêmes à droite et à gauche), le plus simple est de lui subtiliser discrètement son bijou le temps de l’amener chez votre joaillier. Il pourra vous donner précisément son tour de doigt à l’aide d’un triboulet.

Une autre option simple consiste à placer ce même bijou sur un baguier papier que certains joailliers vous proposent – chez Gemmyo, il est disponible ici. Attention toutefois à vraiment l’utiliser avec précision : entre une taille et une autre il y a très peu d’écart et il est aisé de se tromper !

La méthode complexe : estimer sa taille de doigt

Si votre future femme n’a pas l’habitude de porter de bijou, ou qu’elle n’en porte pas à l’annulaire gauche, vous allez devoir faire preuve d’un peu d’inventivité. Il va falloir « deviner » sa taille. Si, si c’est possible, promis ! Le plus simple dans ce cas est de décrire votre future fiancée à votre joaillier : quelle taille mesure-t-elle ? A-t-elle des doigt plutôt fins ou larges ? Quelle est l’épaisseur de son poignet ? Autant d’indices qui pourront donner une idée assez précise de la taille de doigt qu’il lui faudra !

Quoi qu’il arrive : s’assurer d’avoir le droit à une remise à taille de la bague de fiançailles

Bien sûr, la taille étant incertaine jusqu’à ce que votre compagne essaie son bijou, il est absolument impératif que votre joaillier vous propose une remise à taille gratuite. C’est un élément essentiel qui vous permettra de vous tromper sans que les conséquences soient onéreuses ! C’est le cas chez Gemmyo, malgré une fabrication à la commande : notre but étant que votre compagne puisse être aussi à l’aise que possible avec la bague de fiançailles que vous lui aurez choisie.

b. Anticiper le port de l’alliance

Pour terminer, on peut évoquer une dernière subtilité au choix de la bague de fiançailles. C’est même le petit détail qui lui prouvera que vous avez vraiment pris le temps de réfléchir au bijou que vous alliez lui offrir… Il s’agit de déterminer si la bague de fiançailles se porte facilement avec une alliance de mariage.

En effet, l’alliance peut avoir une incidence sur le choix de votre bague de fiançailles. Pensez-vous que votre future femme souhaitera porter une alliance droite simple, courbe ou empierrée ? Cette question n’est pas totalement anodine. De nombreuses bagues de fiançailles ornées d’une pierre de centre imposante ne permettent pas de glisser une alliance droite contre son flanc. Il faut alors soit opter pour une alliance courbe, soit porter la bague de fiançailles et l’alliance sur deux mains séparées.

Comment savoir ce que préférera votre fiancée ? A nouveau, fondons notre réflexion sur les statistiques : 80% des femmes choisissent une bague de fiançailles conçue pour s’encastrer parfaitement avec leur alliance. C’est même un facteur fondamental de leur choix. En effet, de très nombreuses femmes ne supportent pas l’idée d’avoir une bague qui ne soit pas parfaitement « collée » avec leur alliance…

Au final, que votre future fiancée soit un tantinet maniaque en la matière ou pas, mieux vaut ne pas jouer avec le feu : si vous voulez être certain de ne pas commettre d’impair, assurez-vous que la bague que vous choisissez a été conçue pour pouvoir être portée avec une alliance droite. C’est le cas pour la plupart des bagues de fiançailles Gemmyo. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à notre équipe à ce sujet.

——    7. Ne prenez pas de décision irréversible 

Encore un conseil, avant de vous laisser voler de vos propres ailes : ne prenez pas de décision irréversible. On l’a écrit plus haut, choisir une bague de fiançailles est sans conteste l’une des décisions les plus difficiles d’une vie. Même si vous connaissez parfaitement votre future femme et que vous avez suivi nos conseils à la lettre, il est toujours possible de se tromper. Peut-être que la taille de doigt ne sera pas la bonne ou que vous n’aurez pas choisi le design dont elle rêvait secrètement. Cela n’enlève en rien votre mérite et tout le travail que vous avez fourni jusqu’ici ! Néanmoins, il serait trop dommage que votre fiancée ne puisse pas porter la bague parfaite à ses yeux.

Assurez-vous donc de ne pas prendre de décision irréversible et choisissez un joaillier qui propose la remise à taille, l’échange ou le retour gratuitement. C’est évidemment le cas chez Gemmyo, mais méfiez-vous : tous les joailliers (surtout lors d’une fabrication à la commande) ne proposent pas cette option. Soyez donc vigilants ! Ces garanties vous permettront de faire votre choix sans avoir la mort dans l’âme à l’idée de faire une erreur.

——    8. Et un dernier conseil pour la route…

Nous savons que choisir une bague de fiançailles est un moment difficile et stressant : vous voulez bien faire, mais vous avez peur de vous tromper, quelle vous dise non ou que vous ne fassiez pas votre demande au bon moment. La plupart de nos clients sont passés par ces mêmes vagues d’émotions contradictoires, et tous s’en sont sortis indemnes !

En tant que joaillier, nous ne devrions peut-être pas vous avouer cela, mais sachez que le secret d’une demande réussie réside plus dans l’histoire que vous allez raconter à votre fiancée que dans la bague elle-même…

Alors, faites-la rêver ! Choisissez le bon moment pour lui faire votre demande, et jouez la carte de l’émotion. Ensuite, une fois la demande faite, expliquez-lui par quelles phases vous êtes passé pour lui trouver sa bague ou encore le temps qu’il vous a fallu pour trouver le bijou qui lui correspondait parfaitement. Vos hésitations, vos peurs, vos envies : tous ces éléments seront pour elle autant de preuves de votre amour. Ne passez pas à côté ! C’est votre moment !

En résumé :

  Optez pour une marque de confiance, de fabrication française. Ne vous risquez pas à trop d’originalité et restez dans la zone du bon goût. Pensez toujours à vous garder la possibilité d’échanger ou de remettre le bijou à taille !  

Quelques erreurs fréquentes à éviter

Vous êtes désormais paré pour pouvoir choisir votre bague de fiançailles. Néanmoins, certains obstacles pourraient encore se dresser entre vous et l’image de votre fiancée radieuse et heureuse de porter la bague que vous lui avez choisie. Laissez-nous vous indiquer quelques erreurs fréquentes à éviter.

——    1. La copie low-cost d’un bijou de grande maison 

Il est humain de vouloir se rattacher à une marque de confiance. Choisir le bon goût. Ce qui se fait. Surtout lorsque l’on se sent perdu. Loin de nous l’idée de vous inciter à ne pas acheter votre bague de fiançailles chez l’un de nos confrères centenaires de la Place Vendôme. Si vous savez que votre fiancée est absolument attachée à une griffe particulière, à un nom, au contraire, ne faites pas l’erreur de passer à côté de cette opportunité de lui montrer que vous la connaissez !

A l’inverse, offrir une copie d’un bijou de grande maison est très souvent une erreur. Mettez-vous un peu à sa place : au lieu d’investir sur ce qu’il y a de meilleur, vous offrez une version au rabais de ce dont elle rêve. Imaginez ce qu’elle ressentira dans ce cas : l’impression d’avoir un bijou, et même peut-être, d’une relation… au rabais, justement.

Evitez donc la copie low-cost. Montrez-lui qu’elle est unique pour vous. Choisissez avec soin le bijou qui lui correspondra le plus. Une fois de plus n’oubliez pas : ce qui comptera le plus à ses yeux sera l’histoire que vous allez raconter. La copie d’une pièce de maître n’est pas la meilleure façon de démarrer son histoire.

——    2. S’engager sur un bijou qui pourrait ne pas lui plaire et qui ne peut être échangé

Autre erreur classique et à éviter : la décision irréversible. Ne vous engagez pas dans le choix d’un bijou qui ne pourra être retourné ! Cela serait tellement dommage si elle n’était pas parfaitement à l’aise avec votre choix ! Nous avons vu beaucoup de clients après un tel cas de figure, qui arrivent dans nos boutiques pour le choix des alliances et nous confient à demi-mot leur déception du passé.

Nous le disons et le redisons encore ici : la bague de fiançailles est un bijou qu’elle portera toute sa vie, ne prenez pas de risque et choisissez un joaillier qui propose le retour, l’échange et la remise à taille gratuitement.

——    3. Choisir un joaillier dont l’image ne la fait pas rêver et qui pourrait casser le charme du moment 

Tout est prêt. Votre demande est sur le point d’être faite. Le cadre est magnifique. L’émotion est à son comble. Vous sortez l’écrin de votre poche… et là, la marque inscrite sur la partie supérieure de la boîte fait l’effet d’un coup de tonnerre. « Comment as-tu pu choisir un bijoutier aussi cheap ? » Ce sont les mots qui lui viennent immédiatement à l'esprit.

Voulez-vous vraiment prendre ce risque ? Sans doute pas. Alors faites en sorte de choisir un joaillier à l’image de marque inspirante. Si vous optez pour une marque trop « terre-à-terre » (dont les boutiques pourraient typiquement se trouver en centre commercial) il y a fort à parier que le charme du moment soit cassé !

——    4. Opter pour une maison dont le rapport qualité-prix n’a pas de sens

A l’inverse une autre erreur commune est d’opter pour la grande marque à tout prix… et à tous coûts ! A nouveau, imaginez le moment, vous êtes sur le point de faire votre demande, anxieux mais énergisé. Vous sentez contre votre torse l’écrin caché dans votre poche intérieure. Vous le sortez, le premier effet est spectaculaire… des larmes de joie coulent sur ses joues. Et lorsque vous l’ouvrez… catastrophe. La bague paraît si petite, qu’elle ne peut réprimer un mouvement de recul. Voulez-vous vraiment en arriver-là ?

Offrir une marque prestigieuse et centenaire a indéniablement des avantages, mais n’oubliez pas que lorsque votre fiancée portera sa bague en public, le nom de la marque ne sera plus visible nulle part. Son prix pourra paraître disproportionné par rapport à l’effet escompté.

Notre conseil ? Mieux vaut impressionner votre future femme avec un bijou qui lui ressemble vraiment, plutôt que de jouer la carte d’un prestige qui tombera à l’eau passé la demande.


Questions Fréquentes de nos clients

——   « J’hésite entre or blanc et platine : que choisir ? »

Excellente question. Il faut déjà comprendre qu’il est quasiment impossible de discerner visuellement l’or blanc 750 millièmes et le platine. La différence entre ces deux métaux tient à leur prix certes, mais surtout à leur tenue dans le temps. En effet, contrairement à l’or, le platine est intrinsèquement blanc. Ainsi, il gardera toujours sa merveilleuse couleur blanche dans le temps, alors que l’or blanc aura quant à lui tendance à se patiner et légèrement jaunir dans la durée.

Notre conseil : si vous pouvez vous le permettre, optez plutôt pour le platine, celui-ci nécessitera moins d’entretien qu’un bijou en or blanc.

——   « Comment savoir si ma compagne est plutôt diamant ou saphir ? Elle ne m’a laissé aucun indice ».

Si vous n’avez strictement aucune idée de ce que votre compagne aimerait pour sa bague de fiançailles, notre conseil est simple : jouez la statistique et choisissez le diamant ! Selon un sondage que nous avons réalisé sur 800 françaises, elles sont 80% à rêver de cette pierre pour leur bague de fiançailles. Par ailleurs, selon nos propres statistiques de ventes, 55% des couples choisissent le diamant. En tous les cas, chez Gemmyo, vous pouvez effectuer un retour ou un échange sur votre achat !

——   « La marque que j’ai choisie a-t-elle suffisamment de classe pour ma compagne ? »

C’est une bonne question sans réponse évidente puisque c’est une notion tout à fait subjective.

Néanmoins, si vous vous posez cette question, il y a fort à parier que la notion d’image de marque est importante pour vous et votre future femme. Dans ce cas, voici quelques principes qu’il nous paraît utile de respecter pour éviter toute faute de goût :

  • Evitez les achats en supermarché ou centre commercial : même si certaines marques de centre commercial sont tout à fait respectables, il y a toujours un risque psychologique de briser le rêve associé à la recherche et l’achat de la bague.
  • « Quand il y a un doute, il n’y a pas de doute » : si la marque vous semble moins haut-de-gamme qu’elle le prétend, dites-vous que votre promise aura sans doute la même sensation. Evitez cette situation désagréable !
  • A l’inverse, choisir le label « Place Vendôme » n’est pas une fin en soi. Choisissez avant tout une marque qui vous ressemble, qui vous inspire confiance, et que vous serez fier de faire découvrir à votre future femme, ou à vos amis, comme une nouvelle trouvaille à partager.

——   « Aucun de mes amis ne connaît la marque ou n’est client, suis-je fou d’y penser ? »

Absolument pas. Il est vrai qu’avoir la recommandation d’un ami est l’un des meilleurs moyens de se rassurer sur un produit. Néanmoins, il se peut que la marque qui vous plaît n’ait pas encore conquis le cœur des personnes de votre entourage… cela n’en fait pas une marque de mauvaise qualité.

Dans ce cas, pourquoi ne pas vous fier aux anciens clients de la marque ? lls n’ont rien à gagner à vous induire en erreur. Vous pourriez par exemple contacter via Instagram ou LinkedIn un client de la marque que vous convoitez, et lui demander son avis. La réponse devrait vous aider à placer votre confiance en cette marque… ou non !

——   « Dois-je demander l’avis à une femme avant de passer commande ? »

Demander son avis à une femme est utile mais pas toujours nécessaire. En effet, si la personne que vous sollicitez n’a pas du tout le même goût ou la même mentalité que votre future promise, son avis pourrait même être contreproductif et vous induire en erreur. Nous avons déjà bien souvent constaté que la sœur ou la maman du futur marié affirmait de manière assez assertive des choses qui se sont révélées être fausses par la suite. Ainsi, notre conseil, serait :

  • Soit de faire confiance à la joaillière qui vous conseille si vous sentez qu’elle a bien compris le style de votre future femme. Après tout, elle voit passer des centaines de clients chaque mois et aider quelqu’un à trouver le bon bijou est son métier ! Si on prend un peu de recul, il y a fort à parier qu’elle n’a pas intérêt à vous vendre une pièce à tout prix et encourir le risque d’un retour.
  • Soit de faire confiance à une femme qui connaît votre future épouse et en a bien compris le style. Tâchez toutefois de bien vous assurer qu’elle fait la différence entre ce qu’elle aimerait pour elle-même, et ce qu’elle pense correspondre à votre future femme ! C’est souvent assez différent !

——   « La bague que j’ai repérée est largement au-dessus de mon budget initial, que dois-je faire ? »

Acheter un bijou de qualité est onéreux, c’est certain. Il s’agit d’un investissement sur votre couple, sur votre relation. D’un objet que votre future femme va porter toute sa vie, peut-être même qu’elle transmettra à votre enfant. Dans ces conditions, n’est-il pas normal d’apporter du temps, de l’énergie, et de l’argent à cet achat ?

Le coût de votre bijou doit ainsi être mis en perspective : disons que vous resterez mariés pendant 30 ans. Dès lors, faites le calcul : combien vous coûte, par an, votre bijou ? Par mois ? Sans doute beaucoup moins que vous ne pensiez. Tout est une histoire de perspective et vous vous rendrez compte qu’un bijou qui dure toute la vie n’est au final pas si onéreux par rapport au temps pendant lequel il sera porté. Faites une comparaison avec votre dernier smartphone !

——   « Dois-je m’inquiéter du Service Après-Vente dès maintenant ? »

Oui. Un bijou est un objet précieux certes, mais qui nécessite qu’on l’entretienne pour qu’il ne s’abîme pas. Choisissez un joaillier qui pourra vous garantir la réparation de votre bijou dans le temps. Un choc malencontreux arrive facilement. Ce n’est pas une histoire de qualité. Dites-vous que ce bijou sera porté tous les jours, durant des années. Pour faire une comparaison assez terre à terre : imaginez votre bijou comme une belle voiture. Vous viendrait-il à l’esprit de la conduire tous les jours sans qu’elle n’ait jamais besoin d’une révision technique ? Sans doute pas. C’est la même chose pour un bijou.

Ainsi, choisissez une Maison qui offre une garantie à vie contre vice et défaut caché. Cela vous permettra d’appréhender l’avenir en toute sérénité.